Comment financer sa formation esthétique ?

financement-formation-estheticienneLe travail d’un(e) esthéticien(ne) n’est pas une sinécure. Il exige un maximum de savoir-faire et des compétences particulières. C’est pourquoi ceux qui n’ont pas le sens relationnel et le goût de la perfection ne sont pas conseillés d’axer leur parcours professionnel dans ce secteur. Les carrières d’un(e) cosméticien(ne) débutent après le diplôme de CAP esthétique. Plusieurs débouchés s’ouvrent devant elle/lui et il ou elle peut encore poursuivre ses études pour étoffer ses connaissances. Parfois, le problème budgétaire empêche à une personne de réaliser son rêve de devenir acteur de la cosmétologie. Toutefois, il est à remarquer que divers soutiens sont possibles pour permettre à un(e) futur(e) spécialiste de la beauté de mener à bout les formations.

Le contrat de professionnalisation

Ce genre de contrat destiné aux jeunes de 16 à 25 ans qui souhaitent s’orienter dans l’univers de l’esthétisme. Quel que soit le diplôme que vous souhaitez décrocher, CAP, BTS ou Bac pro esthétique, vous pouvez bénéficier de ce contrat.

Documentation
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Vous devez ainsi être en contrat à durée déterminée pendant deux ans dans une entreprise œuvrant dans le secteur de la cosmétologie ou de la commercialisation de produits relatifs à la beauté. Les cours théoriques et pratiques se font dans des centres d’apprentissage agréés. Le financement de l’apprentissage est effectué par l’entreprise où l’apprenant travaille.

Ce financement s’adresse également aux demandeurs d’emploi de 26 ans ou plus. Cette option leur permet de suivre des cours en percevant une rémunération. En général, le salaire se résume comme suit :

  • les jeunes moins de 21 ans percevront un salaire minimum de 55 % du SMIC
  • les jeunes de 21 jusqu’à 25 ans toucheront près de 70 % de ce salaire minimum
  • la rémunération des adultes de plus de 26 ans correspondront au SMIC.

Le congé individuel de formation

Grâce au CIF, un salarié peut effectuer une réorientation professionnelle ou un renforcement de capacité. Ainsi, les cours de soins de look se font durant les heures de travail. Cette option est ouverte à tous les personnels qui ont déjà travaillé pendant au moins une année en CDD ou CDI dans une entreprise. Le FONGECIF prend en charge le financement et le salarié perçoit 80 à 90 % de sa rémunération normale.

Les pièces à fournir et les profils requis dépendent de l’école proposant la formation et le diplôme visé. A titre d’exemple, pour le BTS esthétique en CIF, l’admission s’effectue par étude de dossier suivi d’un entretien permettant de mesurer la motivation et les connaissances générales du candidat. Parfois, ces deux étapes sont accompagnées d’un test d’aptitude. Généralement, le niveau bac avec une attestation à la formation esthétique est requis lors de l’inscription.

Financement pour une formation initiale

En optant pour la voie scolaire, un élève en cours de préparation d’un diplôme dans l’univers de la beauté aura plus de difficulté à trouver un financement. Les frais de formation doivent ainsi être à sa charge.

Toutefois, il existe des moyens permettant de financer les études. Parmi ces méthodes, on distingue les prêts étudiants. En effet, les banques proposent cette solution dotée de plusieurs avantages surtout aux étudiants préparant le BTS esthétique (quelques documents pour en savoir plus sur ce Brevet).